Prendre conscience de la beauté de leur planète, de ses richesses mais aussi de sa fragilité

Le Projet « Allez les Petits » développé par l’Association, est avant tout une mobilisation complète en faveur des générations futures. Penser et agir pour les jeunes et avec les jeunes, leur faire prendre conscience de la beauté de leur planète, de ses richesses mais aussi de sa fragilité et des agressions qui lui sont causées.

Image38Beaucoup d’espèces sont en effet, aujourd’hui en déclin, et parmi elles, certaines sont indispensables au bon fonctionnement de nos écosystèmes, voire essentielles à notre alimentation et à notre santé. Plus nous disposerons de milieux préservés, mieux nous
pourrons élargir nos connaissances en matière de biologie, de génétique et d’évolution des espèces.

Maintenir la biodiversité est donc non seulement une nécessité biologique et écologique, mais également un enjeu sanitaire, économique, éthique et culturel pour l’humanité.

Afin de ne pas être responsables de la disparition de la biodiversité, nos enfants ont donc choisi d’être responsables de sa sauvegarde. Ainsi en 2010, « année mondiale de la biodiversité », notre association a créé le projet « Allez les Petits » pour s’engager avec les jeunes à préserver la terre et sa biodiversité.

« Allez les Petits », c’est la parole et l’action données aux enfants et aux adolescents pour sauver la nature sur notre planète :

  • la parole pour expliquer simplement la biodiversité et son importance
  • l’action aussi, pour associer à la parole, les gestes et devenir ainsi un jeune écocitoyen averti.

Pour nos enfants d’ailleurs, l’action est un moteur beaucoup plus puissant et convaincant que la parole. Ainsi, même si constater et dire c’est bien ; pour eux ; faire : c’est beaucoup mieux !

Au contact de la nature, avec des enfants de tous pays, nous réalisons différentes activités de sensibilisation, à la fois éducatives et amusantes, ainsi que des projets de protection de la biodiversité, au goût d’aventures extraordinaires, à la rencontre d’animaux étranges, de plantes surprenantes et à la découverte de peuples fascinants ou de personnages étonnants.

Toutes les actions que nous menons, petites ou grandes, comptent pour le maintien de la biodiversité : du simple petit geste quotidien à nos actions de groupes partagées dans un contexte plus important.

Face à l’urgence de cette sauvegarde, « Allez les Petits » se mobilise aussi bien en France qu’à l’étranger, notamment dans les pays pauvres de la planète, comme Madagascar pour mener des actions ciblées sur le terrain. Aussi, avec « Allez les Petits », l’expérience de la nature est au centre de l’action et au coeur de l’éducation. A travers leurs activités et leurs rencontres, les enfants prennent conscience de la beauté de leur planète, de ses richesses mais aussi de sa fragilité, des agressions qui lui sont causées et par conséquent de la nécessité de la sauvegarder.

Forts de leurs expériences, de leurs expérimentations et de leurs échanges, nos jeunes adoptent des comportements plus respectueux de l’environnement et deviennent des acteurs de sensibilisation au maintien de la biodiversité et des moteurs pour la sauvegarde des milieux naturels et des espèces menacées.

En outre, pour que leurs actions ne meurent jamais, « Allez les Petits » les pérennise avec la mise en place de P.O.B (Pôles Observatoires de la Biodiversité), véritables plateformes d’échange de données scientifiques et centres de ressources éducatifs pour les enfants (et les adultes).

Dans le cadre de ces programmes, « Allez les Petits » recherche toujours une approche dynamique, positive, éducative et ludique pour percevoir autrement le monde qui nous entoure et faire évoluer nos habitudes au quotidien. Nos différents programmes se déclinent aujourd’hui selon 3 niveaux, des plus jeunes aux adolescents, comme suit:

Afin d’évoquer la fragilité de notre environnement et la nécessité de le préserver, ce programme propose d’abord aux jeunes, de l’observer et d’apprendre à l’aimer.

Des groupes d’enfants ou d’adolescents (écoles, collèges, associations, etc) partent à la rencontre des multiples facettes de leur ville pour être sensibilisés à la préservation du patrimoine naturel qui les entoure.

Arbres aux troncs abimés, branches totalement supprimées, espaces verts tondus ras systématiquement, ancienne mare comblée, etc, sont des indices précieux pour comprendre les agressions qui peuvent être causées à notre environnement et nous interroger.
Les jeunes pourront ainsi observer la place qu’occupent plantes et animaux dans la ville et se demander :

  • S’il y a un morceau de nature préservée dans leur quartier ?
  • Si nous faisons vraiment des efforts en faveur de la biodiversité ?

La mise en place d’ateliers pédagogiques et la fabrication d’outils d’analyses ou de mesures permet aux enfants de mieux observer et comprendre le vivant : élaborer en groupe par exemple, une grille multi-critères permet à nos petits curieux de nature, d’apprécier la véritable place d’une prairie, d’un arbre ou d’une mare dans la ville.

Du quartier au jardin, il n’y a qu’un pas ! Ce sera donc pour nous l’occasion d’aborder aussi de nombreuses autres plantes et notamment celles qui ont un lien étroit avec notre alimentation. Là, les enfants reconstitueront le parcours vital d’une espèce, avec la découverte de son fruit, de sa graine, de ses origines et avec le suivi des différentes étapes de sa croissance jusqu’à son arrivée plus ou moins naturelle dans notre assiette…

De nombreuses activités sur le thème du jardinage écologique et de la biodiversité sont donc développées en liaison avec la spécificité de chaque région, de chaque ville… Si à Bergerac, nous réalisons avec les enfants, un conte animé sur l’arbre centenaire ou sur la mare pour aiguiser la curiosité des petits et des grands sur ce patrimoine en voie d’extinction ; à Lyon, des jeunes rassemblés, les yeux bandés, sont invités à explorer de manière inhabituelle les végétaux surprenants de l’arboretum ; alors qu’à Nice, au sein des ateliers « Nichoirs/Mangeoires » et « Hôtels à insectes », les enfants réalisent des petits refuges, plus ou moins fantaisistes, pour divers animaux et apprennent ainsi à découvrir leurs secrets.

Au cours de nos activités, outre l’intérêt éducatif et ludique apporté, les enfants profite d’un véritable éveil psychomoteur. Ils apprennent notamment à développer des qualités manuelles et artistiques et à mieux utiliser leurs sens pour reconnaître plantes et animaux.

Certaines de ces activités peuvent notamment être proposées aux enfants ayant une déficience intellectuelle ou/et motrice. De nombreux ateliers conduisent à des pratiques nouvelles et pérennes comme les « sentiers refuges » qui prolongent l’installation de nichoirs, de mangeoires et d’abris à insectes par la création de parcours de découverte basés sur l’inventaire et le suivi des espèces abritées.

Tout au long de l’année, nous organisons ainsi un peu partout en France, de nombreuses manifestations pour familiariser les jeunes avec l’univers de la biodiversité, de manière à mieux comprendre ses enjeux et apprendre à la protéger. A chaque fois, nous recherchons à adapter nos activités en fonction des besoins exprimés et à utiliser l’appui des ressources locales, notamment celui d’autres associations partenaires.
A partir de ces activités, nos petits artistes, inspirés par la démarche, deviennent de véritables ambassadeurs de la nature et des acteurs motivés pour protéger notre environnement. Ils finissent par adopter des comportements écocitoyens, plus respectueux de la planète et vous
invitent à les rejoindre au sein d’un développement urbain plus durable.

Cette implication de nos enfants doit conduire à l’engagement des plus grands pour influer les choix économiques, politiques et législatifs, qui feront la ville et le monde de demain. En fonction de leur intérêt, les données recueillies lors des diverses interventions menées avec les
enfants, seront archivées pour être répertoriées au sein de nos futurs P.O.B (Pôles Observatoires de la Biodiversité), lesquels permettront
par exemple dans le cadre de ce programme, d’élaborer des outils de suivis et d’établir des comparaisons entre les différents habitats ou espèces des campagnes et des villes.

Image09Convaincus que pour induire des comportements respectueux de la nature, il faut d’abord en favoriser l’expérimentation sensorielle, psychomotrice et cognitive, nous avons choisi avec ce programme de développer des séjours découvertes, éducatifs et ludiques en
immersion complète dans les milieux naturels de notre pays.

Dans ce type de séjour, notre équipe offre aux jeunes, des parcours variés pour développer leurs connaissances de l’environnement naturel, de la faune et de la flore qui les entourent.

L’immersion en pleine nature peut se faire de manière variée : en randonnée au sein des grands arbres de la forêt de feuillus, en navigation sur le fleuve ou la rivière au plus près des poissons migrateurs ou encore en raid à la rencontre des paysages glacés de la montagne…

Quelquefois aussi, des sorties sont organisées en pleine nuit pour observer la faune qui dort et celle qui s’agite ? Souvent étrange et un peu effrayant, mais toujours passionnant ! Au cours de ces expéditions, nous incitons les jeunes à s’impliquer toujours davantage et à
chercher à en savoir plus sur les différents sujets reliés à leurs expériences :

  • Comprendre par exemple, au cours d’une excursion en forêt, ce qu’est la déforestation et apprendre que chaque année, sur notre planète, 6 millions d’hectares de forêt disparaissent, soit l’équivalent de 8 millions de terrains de football.
  • Découvrir aussi, lors d’un périple en mer, ce qu’est un point chaud et savoir que la France, avec sa communauté d’outre-mer (La Réunion, Mayotte, la Guadeloupe, la Martinique, la Nouvelle Calédonie, la Polynésie, Wallis-et-Futuna), est l’un des pays qui abrite le plus grand nombre d’espèces menacées, ce qui lui confère une responsabilité particulière en matière de protection de la biodiversité.

Qu’il s’agisse de forêts primaires anéanties par une exploitation intensive, de milieux côtiers absorbés par l’univers du béton ou de paysages naturels bouleversés par les activités humaines, notre monde moderne vit aujourd’hui une véritable catastrophe écologique et
sanitaire.

Alors même que près des trois quart de la population mondiale dépendent de remèdes élaborés à partir des quelques plantes découvertes jusqu’à nos jours, et que la plus grande partie de celles qu’il nous reste à découvrir nous permettra sans doute à l’avenir de guérir la
plupart des maladies actuelles, nous continuons à faire disparaître de 50 000 à 100 000 espèces chaque année.

A cette cadence, les experts scientifiques estiment que plus de la moitié des espèces vivantes auront disparues d’ici un siècle et nos enfants
seront les derniers à avoir encore pu les observer.

Aussi, sensibilisés à ce constat, nous associons donc pratiquement toujours à nos périples, une action conservatoire ou de restauration de milieu naturel, comme par exemple celle de réhabiliter des corridors biologiques, c’est à dire des réseaux d’échanges, pour que les espèces animales et végétales puissent comme l’homme, communiquer, circuler, s’alimenter, se reproduire, se reposer, et par conséquent assurer leur survie.

Ailleurs, nous pouvons procéder à la restauration de mares ou encore au recensement de plantes ou d’animaux présents de manière à pouvoir analyser l’évolution de leurs populations et apprécier les d’éventuels accroissements ou déclin de certaines espèces (oiseaux, insectes,
petits mammifères, reptiles, poissons…).

Ce contact direct avec « mère nature » permet le plus souvent aux enfants de comprendre et d’en apprendre davantage sur la fragilité de la faune et de la flore sauvages ainsi que sur les menaces qui pèsent sur leurs habitats.

De plus, au cours de ces expéditions, les jeunes relèvent le défi de vivre avec la nature : faire du feu, soigner une plaie, se nourrir en pêchant ou en cueillant des baies, se déplacer en fabriquant un radeau et s’abriter en montant un carbet pour passer la nuit ou un abri pour affronter les rigueurs du temps. Alors en piste pour visiter la forêt domaniale, la montagne, le fleuve, le ruisseau, la mare ou l’étang. Tous sont des habitats surprenants et captivants pour petits et grands.

De manière à pérenniser et prolonger l’expérience, les données de nos opérations seront archivées au sein de nos Pôles Observatoires de la
Biodiversité pour établir un précieux recueil des données établies sur la faune, la flore, les milieux naturels, leur gestion et les variations observées d’une région à une autre.

Progressivement avec l’appui de scientifiques , ces données pourront faire l’objet d’échanges et de publications régionales ou nationales pour créer et développer un véritable réseau de suivi de la biodiversité qui nous entoure.

Des opérations participatives, à la fois éducatives et scientifiques, invitant le grand public à recenser des plantes ou des animaux pourront dans ce cadre être lancées… Plus notre réseau d’observateurs grandira, plus les informations collectées seront fiables et pertinentes.

Des animateurs scientifiques, expérimentés et passionnés par l’écologie, l’environnement, l’entomologie, la botanique, l’horticulture sont régulièrement sollicités pour accompagner nos actions, associant ainsi à l’expérience, la connaissance scientifique.

Ainsi, nos programmes offrent à tout enfant, quel que soit son age ou son origine, un environnement éducatif et stimulant, lui permettant de développer son goût des sciences, de susciter sa curiosité, son sens critique ainsi que son esprit d’initiative et sa créativité.

En outre, comme dans nos parcours le travail en équipe et l’esprit de groupe sont au premier plan, les activités initiatiques et éducatives permettent non seulement de favoriser l’épanouissement individuel et l’autonomie en redécouvrant la magie des plantes et les secrets
des animaux, mais également de développer la solidarité et la coopération entre tous les participants.

Constater la disparition de milliers d’espèces animales et végétales ainsi que la destruction de leurs milieux naturels nous est devenu inacceptable. Inacceptable sur le plan éthique et moral mais également dans l’idée de ne pouvoir préserver ce patrimoine pour nos
enfants et les générations futures.

Loin des grands axes de développement, quelques lieux « en retrait » sont encore à l’abri des excès néfastes de la modernité engendrée par les activités humaines. Des milliers d’espèces vivantes y cohabitent, la plupart d’entre elles sont endémiques et nous sont toujours inconnues.

Pour découvrir ces espaces, notre équipe est allée rencontrer ceux qui les habitent : les peuplades qui y vivent, perpétuent à travers le dessin, la parole et leurs traditions, les légendes vivantes de la nature, de sa biodiversité et avec elles, les rêves de tous les enfants.

Pour que les jeunes protègent ces ressources vitales, sans prix pour leur avenir et celle de leurs descendances, « Allez les Petits » élabore un programme d’expéditions au long cours, à la rencontre de ces peuples oubliés et à la découverte de leurs terres sauvages, encore riches en
biodiversité.

Nos guides accompagnateurs ont une sérieuse expérience de terrain pour accompagner les jeunes sur ces terres qu’ils connaissent bien ! Néanmoins, l’éloignement important, le dépaysement, les aléas du vivant et des rencontres parfois surprenantes apportent toujours une dimension extraordinaire à ces périples chargés d’émotions fortes. En outre, le climat parfois extrême, les conditions de vie précaires et les déplacements souvent semés d’embûches confrontent les jeunes à des épreuves difficiles et les conduisent à se surpasser.

Tous, motivés et volontaires, finissent cependant par élargir leur spectre de connaissances, par s’épanouir au contact de la nature et des autres et par s’enrichir de souvenirs inoubliables.

Embarquer par exemple à bord d’une pirogue locale, pour une croisière photographique et naturaliste inoubliable, au cœur de la forêt tropicale humide de Madagascar ou de Guyane, les jeunes s’enrichissent au voisinage des paysages grandioses et d’une végétation luxuriante, composée d’arbres millénaires, de fougères arborescentes, de plantes épiphytes et de lianes sacrées… Partageant momentanément la vie des autochtones, les jeunes découvrent des cultures inconnues, des traditions originales et des histoires étonnantes. En expérimentant par ailleurs, quelques nuits de bivouac en pleine forêt, ils découvrent aussi différents aspects de la survie en brousse.

Quelques rencontres imprévues avec des oiseaux minuscules, des insectes étranges, des grenouilles exceptionnelles et peut-être même des serpents ou des araignées dangereuses leur apporteront d’autre part, leur lot de sensations fortes.

Dans le cadre de ce programme d’immersion en pleine nature au contact de la biodiversité et de l’endémisme, nous réalisons avec les
jeunes, des films commentés pour témoigner de l’exceptionnelle beauté de la biodiversité mais aussi de sa grande fragilité.

En faisant découvrir aux jeunes du monde entier, à partir de ces expéditions encadrées, le patrimoine unique et inestimable de notre planète, ces derniers sont naturellement sensibilisés à sa protection. Au cours de ces parcours lointains, ils vivent une expérience unique de la nature et des hommes, appréhendent la diversité de la vie sur terre et finissent par saisir la complexité des mécanismes qui la régissent. Ils découvrent également les pressions de développement de notre monde moderne qui pèsent sur ces espaces, menacent fortement leur biodiversité et l’harmonie qui règnent parfois encore entre la vie, les hommes et la terre

Ils comprennent surtout que la biodiversité est indissociable du développement durable, qu’elle est notre avenir économique, notre patrimoine commun, notre héritage pour les générations futures, notre alliée dans la lutte contre la pauvreté et notre outil de réconciliation entre tous les peuples.

Bref, ces voyages à la découverte des zones géographiques les plus reculées où la biodiversité est souvent menacée et ou les espèces endémiques nécessitent d’être mieux protégées, fédèrent les jeunes autour de causes communes : préserver la biodiversité sur notre
planète et adopter des modes de développement durable, à plus forte dimension « écologique ».

En effet, longtemps réfutée, l’érosion actuelle de la biodiversité du fait des activités humaines est devenue aujourd’hui une réalité scientifique, incontestable.

Aussi, avec les jeunes de ces expéditions, au delà des rencontres effectuées, nous agissons sur le terrain pour développer ou soutenir des programmes de sauvegarde d’espèces menacées et de préservation de leurs milieux naturels, en collaboration avec les acteurs locaux.

Embarqués dans cette aventure, les jeunes profitent de l’occasion pour apprendre la photographie (campagnes de photo-identification), la vidéo observation, le suivi acoustique, le dessin d’identification et l’écriture descriptive ce qui leur permet d’élaborer leur propre carnet de
voyage.

A partir de ces actions, nous témoignons pour le maintien de la biodiversité et pour une modification progressive mais rapide de nos comportements quotidiens et de nos modes de consommation, de manière à garantir aux générations futures, un véritable espace de liberté
avec un monde encore vivant, diversifié et durable.

En rapportant leurs témoignages depuis ces endroits reculés de la planète, où le quotidien des femmes, des hommes et des enfants se déroule de manière harmonieuse, authentique et émouvante, épargnée par le temps qui va trop vite ; qu’il s’agisse des amérindiens chasseurs Wayanas de la forêt tropicale guyanaise ou du peuple de pêcheurs Vezo de la côte Ouest malgache ; nos jeunes explorateurs et naturalistes en herbe vous font partager leurs émotions de découvertes.

Forts de cette expérience, au coeur de l’action, les jeunes deviennent des porteurs de projets pour expérimenter la nature, des initiateurs d’opérations de sensibilisation à la biodiversité et des acteurs de la restauration de milieux naturels ou du développement d’aires protégées.